Rencontre Poutine-Tsipras : Moscou prêt à approfondir sa coopération avec Athènes

L’Europe n’a pas cessé de faire part de sa colère lors de la visite du Premier ministre grec à Vladimir Poutine. Alors si officiellement il ne s’est rien passé (et il ne fallait pas s’attendre à autre chose pour le moment), il ne faut pas se leurrer. Tsipras est allé voir Poutine pour savoir jusqu’à quel point la Russie pouvait accompagner la Grèce en particulier en cas de sortie de la zone euro.
L’essentiel de cette visite, c’est une petite phrase prononcée par Tsipras, dans laquelle il indique qu’il est temps désormais… de faire la paix, lever les sanctions à l’égard des Russes et renouer avec la Russie.
Autant dire que les Grecs vont bien faire pression sur l’Europe avec le dossier russe, d’où la colère de nos europathes.
Les choses sont donc loin d’être finies et ce dossier purement économique au départ est devenu totalement géopolitique.
Logiquement, au bout du bout, soit l’Europe paiera pour la Grèce, soit la Grèce sortira de l’euro pour se rapprocher de la Russie, or la Grèce est stratégique pour l’OTAN.
Charles SANNAT
Le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre grec Alexis Tsipras© Sputnik. Alexei Nikolsky
Athènes apportera sa contribution à la mise en place d’un dialogue constructif entre l’Union européenne et la Russie, a indiqué le Premier ministre grec Alexis Tsipras à l’issue d’une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine.

La Russie est prête à aller à la rencontre de la Grèce si cette dernière souhaite développer la coopération bilatérale, a déclaré mercredi le président russe Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue d’une rencontre avec le premier ministre grec Alexis Tsipras à Moscou.

“Nous ne cherchons ni à convaincre ni à forcer qui que ce soit à adopter telle ou telle position. Nous sommes tout simplement ouverts à un travail positif conjoint visant à obtenir des résultats positifs dans l’intérêt de nos peuples et de nos économies. Et si le gouvernement grec dirigé par monsieur Tsipras juge possible de rétablir et d’élargir nos relations, nous ne ferons que le saluer”, a indiqué Vladimir Poutine.

Selon lui, les sociétés russes sont prêtes à prendre part à la privatisation d’entreprises industrielles et d’ouvrages d’infrastructures en Grèce à condition que cette dernière leur offre des conditions de privatisation non moins avantageuses qu’aux autres pays.”Si le gouvernement grec lance des processus de privatisation dans l’économie, nous sommes prêts à y prendre part. Nous espérons que les entreprises russes ne seront pas placées dans des conditions moins favorables que les autres participants à ce processus”, a indiqué le chef de l’État. M. Poutine a souligné que les sociétés russes avaient intérêt à investir dans les ports, les aéroports et les réseaux de pipelines. Le Premier ministre grec a pour sa part souligné le désir d’Athènes de promouvoir la coopération énergétique avec Moscou afin de renforcer le rôle de la Grèce en  tant que nœud énergétique européen. Selon Alexis Tsipras, son pays souhaite attirer des investissements russes dans la construction du gazoduc Turkish Stream sur le territoire grec.

“Athènes a intérêt à étudier les possibilités d’investissements dans la construction d’un gazoduc traversant le territoire de la Grèce depuis sa frontière avec la Turquie. Cela permettrait de satisfaire les besoins énergétiques de notre pays, tout en aidant à assurer la sécurité énergétique de la Grèce et de l’UE dans le respect des règles en vigueur”, a déclaré le Premier ministre. Évoquant l’architecture de sécurité en Europe, Alexis Tsipras a souligné qu’elle était inconcevable sans le dialogue entre la Russie et l’UE.

“Il est indispensable de relancer le dialogue constructif sur une nouvelle architecture de sécurité en Europe et notamment de renforcer le rôle de l’OSCE. Il est impossible d’imaginer que la Russie ne participe pas à ce dialogue”, a indiqué le chef du gouvernement grec.

Athènes contribuera activement à la “mise en place d’une coopération et d’un dialogue entre l’UE et la Russie”, a assuré Alexis Tsipras lors d’une conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine à Moscou.

Lire la suite : http://fr.sputniknews.com/international/20150408/1015569709.html#ixzz3WjvaGYn3