Grexit : la Banque de Grèce tire la sonnette d’alarme

La Grèce est en faillite mais pour le moment, personne ne veut encore le reconnaître et l’admettre de façon parfaitement officielle.
La Grèce ne remboursera pas. Personne. On peut éventuellement juste encore gagner un peu plus de temps… Mais il va bien falloir finir par prendre nos pertes qui ont été transférées des comptes des banques commerciales vers les autres États de la zone euro dont la France pour 30 ou 40 milliards d’euros.
Reste à savoir quelles seront les modalités pratiques pour prendre nos pertes… Un petit peu tous les ans (ce serait l’idéal pour Bercy) ou tout d’un coup, ce qui serait un cauchemar budgétaire.
Les fonctionnaires ne sont pas prêts de recevoir une augmentation de salaire.
Charles SANNAT
La Banque de Grèce

© REUTERS/ Yannis Behrakis

La Banque de Grèce met en garde contre l’échec des négociations entre Athènes et ses créanciers internationaux, qui conduirait à un défaut de paiement du pays, sa sortie de la zone euro et de l’Union européenne.

La Banque de Grèce prévient, dans son rapport annuel rendu public mercredi, que le pays se trouve au bord d’un défaut de paiement et qu’il pourrait sortir de la zone euro et de l’Union européenne en cas d’échec des négociations avec ses créanciers internationaux sur le règlement de sa dette.

“L’incapacité à parvenir à un accord marquerait le début d’un chemin douloureux qui mènerait d’abord à un défaut de paiement de la Grèce puis, au bout du compte, à la sortie du pays de la zone euro et, très probablement, de l’Union européenne”, lit-on dans le document.

La banque centrale juge que la conclusion d’un accord entre la Grèce et ses créanciers internationaux (Fonds monétaire international, Union européenne, Banque centrale européenne) est un “impératif historique”. À titre d’argument, elle dresse un sombre tableau d’une Grèce hors de la zone euro : “inflation galopante”, “profonde récession”, “baisse spectaculaire des niveaux de revenus, augmentation exponentielle du chômage, effondrement de tout ce que l’économie grecque a atteint depuis son adhésion à l’UE”.

“D’un coup, la Grèce se verrait reléguée au rang de pays pauvre de l’Europe du Sud”, souligne la banque centrale.

La Grèce ne parvient toujours pas à s’entendre avec ses créanciers sur un train de réformes économiques qui permettrait le déblocage d’une nouvelle tranche de prêts vitale pour le pays. La dette du pays dépasse 240 milliards d’euros.

Lire la suite : http://fr.sputniknews.com/economie/20150617/1016582207.html#ixzz3dL87pEf2