“THE” Revue du web du 26 juin : l’Europe suspendue à la crise grecque

La Grèce tente encore de trouver une sortie de crise, alors que les prochaines créances menacent la survie financière du pays. Face à la menace de « Grexit », les Grecs retirent leur argent en masse des banques. Le pays peut-il vendre son or pour sortir de la crise ? Tour d’horizon des faits de la semaine dans cette revue du Web !

La Grèce toujours menacée, les particuliers retirent en masse !

« Si elle ne rembourse pas ses créanciers, la Grèce pourrait être contrainte de quitter la zone euro », assure LeMonde.fr dans un article du 22 juin.
À moins de trouver un accord ou des financements d’ici la fin du mois, le pays est plus que jamais menacé d’un « Grexit ». Les banques du pays ne tiennent que grâce aux financements d’urgence accordés par la Banque centrale européenne. Mais en cas de défaut de paiement, la Grèce pourrait être considérée comme non solvable, et les banques asphyxiées par des demandes de garanties plus importantes.

En fin de semaine dernière, les retraits de liquidités ont été très importants en Grèce, à l’approche de cette échéance. « Avec la menace d’un échec des négociations, le rythme s’est dangereusement accéléré : 6 milliards sont sortis des banques au cours de la seule semaine dernière », relève le site LesEchos.fr dans un article du 22 janvier.

La Grèce doit-elle vendre son or pour rembourser ses créanciers ?

C’est la question qui est posée par Les Échos, dans un article du 22 juin. Le groupe bancaire allemand Commerzbank estime que la vente des réserves d’or du pays permettrait, au mieux, que la cession dans l’urgence des lingots grecs donnerait un peu de souffle au pays… pour une « respiration de courte durée ». La vente des 112,5 tonnes d’or détenues par la banque centrale grecque selon le FMI ne permettrait pas de faire face aux autres paiements d’ici fin juillet. La réponse est donc bien évidemment « non »…

L’Inde : moins d’or importé ?

Le gouvernement indien cherche toujours à réduire la demande en or physique dans le pays. Et pour cela, « le premier pays consommateur au monde » veut proposer à ses citoyens de l’or papier plutôt que de l’or physique.

Avec cette mesure, les autorités indiennes cherchent à « endiguer le flux d’or qui entre dans le pays », souligne le quotidien LesEchos.fr dans un article du 22 juin. Cette mesure s’ajoute donc à une liste d’autres décisions, « parfois draconiennes », prises ces dernières années.

L’appétit des Indiens pour l’or est très fort – le pays est le premier importateur au monde. Culturellement, l’Inde fait grand cas du métal précieux comme on le détaille dans ce dossier sur le marché de l’or en Inde. Mais sous sa forme physique bien évidemment !

Bras de fer social dans les mines d’or d’Afrique du sud

De nouvelles négociations viennent de commencer « entre les salariés et les patrons des mines d’or en Afrique du Sud », explique Rfi.fr dans un article du 22 juin… qui parle d’ailleurs de « bras de fer social ».

Il faut dire que les demandes des syndicats de mineurs vont au-delà des propositions des compagnies aurifères. Les premiers demandent entre 80 et 100 % d’augmentation des salaires, les deuxièmes proposent un ajustement des rémunérations en fonction des gains, mais aussi des pertes.

Or, les mines d’or sud-africaines sont en crise : les coûts de production ont augmenté à mesure qu’il faut creuser profond, et le cours de l’or est plus bas qu’en 2011. « Les groupes aurifères continuent de perdre de l’argent », relève Rfi.fr, « d’un millier de tonnes dans les années 70, on est passé à 169 tonnes l’an dernier, au 5e rang derrière la Chine, la Russie, les États-Unis et l’Australie. »

Alors que le secteur minier a déjà été secoué par des grèves d’ampleur en 2014, « l’industrie de l’or sud-africaine craint maintenant que les négociations ne se transforment en long conflit ».

Au Canada, deux mines d’or poursuivies pour négligence

C’est « une première au Canada », selon Le Journal de Montréal. Dans un article du 22 juin, le site d’informations évoque les poursuites envers deux compagnies minières accusées de négligence criminelle.
La compagnie Ressources Métanor est accusée, à la suite de la mort de trois mineurs en 2009, tandis que Century Mining doit répondre de négligence après qu’un employé soit devenu aveugle en 2007.

Cité par Le Journal de Montréal, le procureur de la couronne Marc-André Roy estime que l’objectif est « de passer le message et dissuader les compagnies de reproduire ce type de comportements ».

On l’avait déjà évoqué sur LORetLARGENT.info : le Canada fait partie des mauvais élèves en termes d’extraction aurifère !

1 commentaire sur ““THE” Revue du web du 26 juin : l’Europe suspendue à la crise grecque”

Les commentaires sont fermés.