Les contrariens parlent aux contrariens

Cher Contrarien Charles,

Cette fois-ci je prends le temps de commenter ton édito.
Tout d’abord merci mille fois pour ce dernier qui a le mérite de lancer un débat qui reste tabou dans les grands médias à savoir “sortir de l’euro”.
Bien évidemment, je ne suis pas économiste mais un simple citoyen intéressé et soucieux du futur de mes enfants.
Je vais donc commencer en évacuant ma colère (voir la rage) quant à ceux qui nous prédisent une apocalypse si nous sortions de l’euro. Ce sont les mêmes qui, il y a 20 ans, nous disaient que l’euro se serait la prospérité et le plein emploi. Pourquoi est-ce qu’on leur donne toujours la parole dans les grands médias ?
Je suis désolé mais la catastrophe elle est actuelle (en France : 800 pertes d’emploi industriel par jour, 1 500 personnes passant sous le seuil de pauvreté par jour et pratiquement 2 agriculteurs qui se suicident par jour, etc.).

Voilà, c’est fait, j’ai évacué ma colère, je peux rentrer plus sereinement dans le vif du sujet.

– Premier point : l’euro est une monnaie commune et non unique. Trop technique pour moi (et pour beaucoup je crois)
http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/euro-monnaie-commune-ou-unique

– Deuxième point : étude intéressante de Jacques Sapir sur le coût d’une sortie de l’Euro

Le coût d’une sortie de l’Euro

– Troisième point : la question à se poser est comment sortir de l’euro ? Le traité de Maastricht ne prévoit aucune clause de sortie de l’euro.
http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/pourquoi-on-ne-peut-pas-sortir-de-l-euro-sans-sortir-de-l-union-europeenne

– Quatrième point : le coût du maintien dans l’UE pour la France ? Je suis en train de rechercher le document avec une estimation à 60 milliards d’euro.
L’UE ne produit rien, c’est juste une pompe aspirante et refoulante. Malheureusement pour la France, nous sommes le deuxième contributeur net après l’Allemagne et on donne plus que ce que l’on reçoit. En 2012, la France a versé 21 milliards d’euros pour en récupérer 14 via les fonds structurels européens.

– Cinquième point : le lien factuel entre l’euro et le chômage et les différents chiffres du chômage entre la zone des 27 pays de l’UE des 17 pays de la zone euro et des 10 pays de l’UE ayant gardé leur monnaie nationale.
http://www.u-p-r.fr/actualite/france/nouveau-record-historique-de-chomage-en-zone-euro-121-en-mars-2013
http://www.u-p-r.fr/actualite/europe/le-lien-entre-leuro-et-le-taux-de-chomage-par-charles-henri-gallois

Comme tu l’auras constaté, je suis un partisan de la sortie de la France de l’UE et de l’euro. J’ai pourtant suivi ma scolarité dans l’ère UE et il m’a fallu beaucoup de temps avant de comprendre ce qu’était la construction européenne et où cela menait la France.

Pour conclure, je vais paraphraser Alain Delon (étonnant non ?) qui disait “le Général De Gaulle me manque”.
Approchant de la quarantaine, je n’ai donc pas connu ce personnage qu’était le Général, hormis par la lecture et les vidéos, mais “il me manque”.

Cordialement

Emmanuel