La vidéo exclusive de Martin Prescott pour tous les contrariens !

Mes chers amis contrariens, grâce aux nouvelles technologies (qui peuvent être fabuleuses), j’ai pu discuter très longuement avec Martin Prescott notre camarade trader et également contrarien du Canada ! En dehors du fait que nos échanges étaient passionnants, Martin a décidé d’en faire une vidéo pour ses lecteurs canadiens et pour vous, les contrariens français.

Je partage avec Martin (moi qui suis plutôt “pessimiste” comme disent certains) le point crucial à surveiller à savoir les bons du Trésor américains. Dans la journée d’hier, il s’est échangé environ 950 milliards de dollars de bons du Trésor US, ce qui représente 5 % de la totalité de la dette US (environ 20 000 milliards de dollars). C’est ce que l’on appelle le “fly to quality” ou “vol vers la qualité”. La qualité ultime est dans l’esprit des “zinvestisseurs” la dette américaine. Pour eux, c’est l’actif le moins risqué. Lorsque l’on a peur des actions alors on achète automatiquement de la dette US.

La FED et la BCE

Vous devez comprendre que tous le système repose sur l’engagement des banques centrales dans le soutien des économies totalement déflationnistes. J’ai toujours soutenu que la FED ne pourrait jamais, jamais réduire les QE sans que cela entraîne des dégâts majeurs et encore moins monter les taux d’intérêt. La question est les banques centrales vont-elles intervenir ?

Les marchés vont tester les deux plus grandes centrales. La FED pour qu’elle n’augmente pas les taux. La BCE pour qu’elle se lance elle aussi dans la monétisation pour financer les dettes des pays périphériques et de la France soit dit en passant.

Pour le moment nous avons une correction boursière. Aussi sévère soit-elle. Sans action des Banques Centrales alors dans ce cas c’est toute la confiance qui s’effondrera. A partir de ce moment-là nous rentrerons dans une crises systémique et dans un effondrement global. Ce sera alors l’envolée historique de l’or avec des hausses à deux chiffres chaque jour.

EBOLA

Pas de catastrophisme mais évidemment les impacts économiques d’une épidémie mal maîtrisée serait dévastateur sur des économies déjà très fragiles. À titre d’information, nous sommes globalement capables de traiter en France au mieux 40 malades simultanément dans le respect des protocoles. Au-delà… eh bien cela sera plus compliqué. Donc si vous voulez Ebola, faites vite, après il n’y aura plus de place en chambre stérile. Ce qui est certain c’est que pour le moment cette crise sanitaire est gérée en dépit du bon sens le plus total, ce qui nous a fait beaucoup rire (très jaune) avec Martin tant le bon sens semble être absent.

Géopolitique

Ukraine, Iran, Gaza, Israël, Afghanistan, Irak, Russie, menace sur l’approvisionnement en gaz de l’Europe réitérée par Poutine au moment où j’écris ces lignes, tensions extrêmes, la Chine aux prises avec des manifestations financées par les États-Unis et qui désaméricanise son économie, alliance sino-russe bref, partout la situation géopolitique est une poudrière !

Conclusion

Ce n’est pas encore la fin du monde mais cela peut le devenir très rapidement en particulier si l’épidémie d’Ebola devient hors de contrôle et que le commerce international subit des restrictions, ou encore en cas de clash géopolitique, et enfin si les banques centrales… laissent faire les marchés, marchés drogués depuis 14 ans à l’argent gratuit et aux taux bas.

C’est donc une correction et cette correction peut aussi être le signe annonciateur de la fin.

Martin donne des formations de trading et ceux que ça intéresse peuvent prendre contact directement avec lui car il sera à Paris en décembre. Ce que j’aime dans son approche c’est qu’il n’est pas un trader béatement et stupidement optimiste. Non, nous partageons totalement la vision de la catastrophe qui s’annonce. Mais Martin, lui, dispose d’outils pour spéculer à court terme (ce que je ne fais jamais car j’ai trop peur pour mes maigres économies) mais je comprends ceux qui le font ou qui souhaitent le faire car c’est passionnant. L’idée c’est de gagner de l’argent même quand tout va mal, surtout quand tout va mal et qu’il y a de la volatilité. C’est effectivement le bon moment et la volatilité risque d’être durable.

Dans tous les cas, préparez-vous.

Charles SANNAT

http://youtu.be/7s0P4qw6Yqc