Capture 6

Énorme : pour améliorer le PIB, nous allons prendre en compte le trafic de drogue et la prostitution !

Comme il n’y a vraiment pas de croissance et que les dettes des pays européens explosent, nos grands mamamouchis n’ont rien trouvé de mieux que de réformer le calcul du PIB en prenant en compte, tenez-vous bien, le trafic de drogue et la prostitution dans leur PIB… Là, c’est sûr que la croissance va repartir…
Mais en revanche, j’ai une question : en interdisant la prostitution, la Belkassine vient de nous ôter une belle perspective de reprise économique.

Charles SANNAT

Lire un article à ce sujet en français

L’article originel du Times en anglais dans le texte

À propos de l'auteur

Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires. Il est actuellement le directeur des études économiques d'AuCOFFRE.com et rédacteur du Contrarien Matin, 'Décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l'actualité économique'.