« Au sud, rien de nouveau !… »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

En cette veille de Noël, hélas, pour les pays du sud, il n’y a rien de nouveau. La misère poursuit son avancée inexorable et touche de plus en plus de monde. Des classes sociales jusque-là privilégiées sont impactées de plein fouet par la crise. Il s’agit de la plus grande paupérisation depuis la Seconde Guerre mondiale. La déflation est un phénomène économique terrible pour les patrimoines des gens et leur niveau de vie.

En Italie, les mouvements de protestation ne faiblissent pas et même les forces de l’ordre sont un peu moins impliquées dans la défense d’un système qu’un nombre croissant de citoyens tendent à rejeter massivement. Je voulais partager avec vous ces trois informations sur l’Espagne, Chypre et la Grèce. Encore une fois, ce qui arrive dans tous ces pays n’est pas le fruit du hasard. Ce n’est en aucun cas parce que ces peuples se sont plus mal tenus que nous. Il s’agit essentiellement d’un problème de compétitivité lié à une économie désormais mondialisée. La véritable question, le véritable enjeu, celui dont personne ou presque ne vous parle, est celui de notre compétitivité par rapport au système chinois d’une efficacité redoutable.

La réduction systématique de nos droits démocratiques n’est pas non plus un hasard. Le modèle chinois est basé sur une forme de libéralisme extrême en terme économique et une dictature politique du parti unique. Pas de droit social ou presque. Pas de liberté politique, mais la liberté de consommer et d’entreprendre (dans les limites fixées par le parti). Le tout dans un contexte de salaires bas.

Le choix pour le reste du monde est en réalité assez simple. Soit vous fermez les frontières en mettant en place de véritables politiques protectionnistes, soit vous retrouvez de la compétitivité en modifiant votre système politico-économique pour le rapprocher du modèle chinois. C’est évidemment la direction que nous avons choisie en Europe et en particulier pour les pays du sud. Cette mise à niveau par le bas ne peut être effectuée qu’au prix d’une période déflationniste terrible puisqu’il faut ni plus ni moins baisser de façon drastique les coûts donc les salaires et les dépenses publiques. Un corollaire évidemment logique est que cette baisse massive des salaires et des droits ne peut que s’accompagner d’une résistance plus ou moins forte des peuples. D’où la nécessité de l’accompagner d’une réduction massive des droits et de la démocratie. Nous sommes donc condamnés à voir la démocratie, telle que nous la connaissions, disparaître. Nous sommes condamnés à voir nos niveaux de vie massacrés. En France, la seule différence par rapport aux autres pays du sud sera la vitesse de délitement plus lente qu’ailleurs. Mais à l’arrivée, nous serons tous Grecs, Espagnols ou Italiens, sans oublier au passage que nous serons également tous Chypriotes, lorsque l’État dans sa grande mansuétude nous laissera l’usage de 80 % de notre épargne, ce qui est une excellente nouvelle (comprendre qu’en réalité l’État vous aura taxé d’office de 10 à 20 % de votre épargne pour éviter la faillite).

Car n’oubliez jamais que le problème de la déflation, c’est que si tout baisse, les salaires, la dépense publique, le PIB baisse, mais le stock de dettes lui, au mieux, reste constant. Lorsque tout a diminué, le résultat c’est l’insolvabilité… et seul le braquage massif de l’épargne permettra éventuellement de l’éviter ou de reculer ce moment encore un peu. C’est pour cette raison que l’on prépare les esprits à l’acceptation d’une telle décision qui ne sera prise « qu’en dernier recours » et pour « votre bien ».

La reprise en Espagne ? Un grand nombre d’Espagnols ne la voit pas

« C’est bientôt Noël. Mes enfants vont me demander des cadeaux. Je fais comment ? se désole Esmeralda Inglés venue, sans l’avouer à son mari et à ses enfants, prendre son petit déjeuner dans le centre d’accueil Caliu de Barcelone et chercher de quoi les nourrir.

Après trois ans sans emploi et la fin des indemnités de chômage, Esmeralda a dû recourir à l’aide de cet établissement ouvert depuis trois ans et géré par des bénévoles, dans ce quartier modeste de Horta.

Chaque matin, après avoir mené les enfants à l’école, elle vient dans ce réfectoire qui, loin de voir les effets d’une timide reprise célébrée par les autorités espagnoles et les marchés, ne désemplit pas. Au contraire. »

Voilà comment commence cette dépêche de l’AFP qui se penche sur ce miracle de reprise économique vanté par le gouvernement espagnol qui n’existe que dans l’esprit de dirigeants complètement malades et qui tentent désespérément de gagner du temps et de « redonner confiance » aux agents économiques. Mais les vrais gens, eux, ne voient rien venir, ce qui est normal puisqu’il n’y a toujours pas de travail.

« Un récent rapport du Conseil de l’Europe a relevé le « développement inquiétant de la pauvreté des familles qui menace un cinquième des 47 millions d’habitants en Espagne et « le taux croissant de pauvreté chez les enfants » (30,6 % en 2011). » 30 % de pauvres chez les enfants, cela commence à faire beaucoup et l’on se rapproche progressivement des standards des pays dits en voie de développement… mais comme c’est exactement le but recherché, il n’y a pas de quoi s’étonner.

« Esmeralda, comme de nombreux autres, se retrouve sans le sou une fois payées les factures dans un pays qui est le troisième de l’Union européenne où l’électricité coûte le plus cher, pour un salaire minimum de 752 euros sur 12 mois. Avec ses trois enfants de 10, 8 et 3 ans et son mari, ses factures d’eau, de gaz et d’électricité s’élèvent à au moins 100 euros par mois auxquels s’ajoutent 600 euros de loyer, explique Esmeralda. »

Car c’est cela les conséquences d’une déflation des salaires qui, vous le noterez, ne s’accompagne pas de la baisse des prix de l’énergie par exemple, qui eux poursuivent leur progression. En effet, il ne faudrait surtout pas que les grandes multinationales fassent un peu moins de profit. La crise au détriment des peuples oui. Pas en diminuant les profits des gentils actionnaires.

« Voyant se multiplier ce type de situation, le gouvernement de Catalogne, grande région nord-ouest de l’Espagne, a décidé d’interdire les coupures d’énergie pendant l’hiver pour les familles les plus vulnérables. » Cela pourrait sembler une mesure de bon sens, mais cette mesure a été rejetée au niveau national par le gouvernement et le parti conservateur au pouvoir !
Le problème c’est qu’en Espagne, en Grèce ou Chypre, on vous fera payer vos crédits, vos factures qui continuent à augmenter jusqu’au bout. N’attendez aucune remise, aucune réduction, aucun geste à part un immense bras d’honneur réalisé en cœur par nos zélites économiques et nos mamamouchis économiques qui se moquent des peuples comme de l’an 40 ! Nous ne sommes rien d’autre que de la piétaille sacrifiable et sacrifiée en toute connaissance de cause.

Chypre : recours croissant à la charité, après des décennies de prospérité

Autre dépêche AFP, autre pays, et même misère.
« On n’aurait jamais pensé en arriver là un jour, soupire Chris, venu comme un nombre croissant de Chypriotes chercher un sac de nourriture gratuite dans une église de Nicosie, signe que la crise sociale s’aggrave dans le pays en pleine récession.

Je travaillais comme menuisier, ma femme dans l’agroalimentaire, nous avions deux voitures, une vie facile jusqu’à ce qu’on perde notre travail, il y a quelques mois, explique-t-il. Aujourd’hui, on s’éclaire à la bougie parce qu’on a même plus de quoi payer l’électricité, et je viens chercher de l’aide ici, une démarche impensable il y a quelques mois dans cette île longtemps prospère. »

Vous remarquerez encore le poids de l’énergie dans les budgets des gens. Vous remarquerez également qu’il ne s’agit pas des pays où il fait froid… En France, nos budgets chauffage sont beaucoup, beaucoup plus élevés. D’où l’intérêt de prévoir une bonne cheminée, un bon poêle à bois, et la forêt allant avec ou presque.

« Le chômage, longtemps aux alentours de 5 %, est monté en flèche ces derniers mois, atteignant 17 %, un record, et continue à grimper. Nombre de salariés subissent d’importantes baisses de revenus, ainsi que fonctionnaires et retraités dans le cadre des mesures d’austérité destinées à sauver l’île de la faillite. » Vous lirez la suite si vous le souhaitez, et vous profiterez d’autant plus de votre réveillon de Noël et de l’opulence que certains parmi nous peuvent encore se permettre ! Nous avons de la chance. Tout est très relatif.

Grèce : majorité réduite d’une voix suite au vote d’un nouvel impôt foncier

En Grèce, rien de bien nouveau non plus, que le gouvernement grec de coalition ait vu sa majorité réduite d’une voix suite au vote au parlement d’un nouvel impôt foncier exigé par les créanciers internationaux du pays est d’aucune importance tant la succession de différentes majorités a toujours, depuis presque 6 ans, voté le même type de loi. C’est un jeu politique destiné à occuper une « plèbe » qui commence à comprendre que la couleur politique du bourreau ne changera rien à l’exécution du petit crime entre amis perpétré par l’Europe.

« Le nouvel impôt, qui se substitue aux précédents impôts fonciers, devrait rapporter à l’État 2,65 milliards d’euros, a indiqué le ministre des Finances. »

« Toutefois les syndicats et les partis de gauche ont dénoncé dans la nouvelle loi une taxation excessive de la propriété immobilière dans un pays qui détient avec plus 70 % de personnes détentrices de leur logement le taux le plus élevé de propriétaires fonciers en Europe. »

Ce qui est génial avec les impôts sur le foncier… c’est que le foncier ne se délocalise pas, éventuellement il se revend… et encore, dans ces pays-là, le marché immobilier n’est pas vraiment à la fête et personne n’en veut plus. D’ailleurs, plus personne n’a les moyens d’acheter quoi que ce soit. 60 % des Grecs des villes rêvent de devenir des Grecs des champs… mais il est presque devenu impossible de vendre un appartement en tout cas pour une valeur décente.

« Le principal dirigeant de l’opposition, Alexis Tsipras, a accusé le gouvernement de se livrer à un braquage des propriétaires et d’avoir détruit le rempart qui protégeait des milliers de familles grecques du désespoir. »
Les créanciers, l’Europe et la troïka s’en fichent comme d’une guigne. Les peuples paieront. Les peuples seront réduits à une forme moderne d’esclavage et la démocratie également. La fin justifie les moyens.

Mais au bout du compte, la faim aussi justifiera les moyens. Ce n’est qu’une question de temps.

Alors n’hésitez pas à demander au Petit Papa Noël, un stock de raviolis, une belle maison à la campagne, des graines pour votre potager, un nouveau terrain, ou encore un peu d’or et d’argent. N’oubliez pas dans votre petit soulier du bois de chauffage ou une forêt, car qui peut le plus, peut le moins.

Il faut être conscient que ce qui arrive là-bas va nous arriver aussi. L’État français s’y prépare vigoureusement et intensément avec ses nouvelles législations liberticides et en s’octroyant le droit de nous espionner en temps réel, de nous écouter en temps réel sans même l’autorisation d’un juge !! L’État assassine la démocratie, fut-il socialiste et dégoulinant de mots bienfaisants comme le « drôat » ou la « libêêêrté ». Il ne le fait pas uniquement par plaisir ou perversité, mais parce que vous assassiner économiquement va vous faire râler, alors autant prévoir dès maintenant la méthodologie et le cadre juridique nécessaire pour pouvoir vous embastiller massivement lorsque le besoin s’en fera sentir.

Hollande est le fossoyeur de notre démocratie et de notre économie. Mais la drôate n’y trouve pas grand-chose à redire. Aucun député n’a cru bon déposer un recours devant le Conseil constitutionnel alors que le principe de la démocratie, le principe intangible, est celui de la séparation des pouvoirs. Cette nouvelle est anticonstitutionnelle. Totalement. Intégralement. De façon évidente. Pourtant, elle a été adoptée. Elle est en vigueur. Nous verrons donc à la rentrée comment y échapper, et je vous prépare un petit dossier spécial à ce sujet.

En attendant le numéro hors-série de demain (une petit surprise), je vous souhaite déjà de très belles fêtes de fin d’année et un très beau réveillon. Profitons-en tous car nous ne savons pas ce que demain nous réserve, mais chaque moment de bonheur est précieux.

Restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

Éditorialiste et rédacteur du Contrarien Matin
Directeur des études économiques AuCOFFRE.com
http://www.lecontrarien.com/

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.
http://www.boursorama.com/actualites/la-reprise-en-espagne–un-grand-nombre-d-espagnols-ne-la-voit-pas-1f1de6234193e59438220f18c0385d12
http://www.boursorama.com/actualites/chypre-recours-croissant-a-la-charite-apres-des-decennies-de-prosperite-5fd75cd8158a07b462cb38600ab75682
http://www.boursorama.com/actualites/grece-majorite-reduite-d-une-voix-suite-au-vote-d-un-nouvel-impot-foncier-e386f58534a6d8970f0f38ec56bd711d

 

 

1 commentaire sur “« Au sud, rien de nouveau !… »”

Les commentaires sont fermés.