Capture

« Roman : Opération d’éradication… du bitcoin »

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Ceci est un roman. Toute ressemblance avec des personnages qui existent vraiment est purement fortuite (enfin pas vraiment mais je ne peux pas dire autre chose) et puis c’est juste une histoire comme ça que j’avais envie d’écrire. Rien de ce que vous allez lire n’est vrai. D’ailleurs je n’y crois même pas moi-même… personne ne peut croire des idées pareilles. C’est une absurdité de penser de cette façon-là et je dénonce fermement tous ceux qui colportent des rumeurs infondées et mesquines sur nos gentils banquiers qui-nous-veulent-du-bien !!

J’aurais pu vous parler de l’épidémie de suicides qui sévit actuellement chez les banquiers avec une surreprésentation statistique des victimes appartenant à la banque JPMorgan. J’aurais pu vous parler du type qui s’en voulait vraiment beaucoup et s’est suicidé d’une dizaine de coups… de cloueuse ! Mais finalement je vais plutôt vous parler de la plus grosse opération actuellement en cours et qui concerne l’éradication du bitcoin.

C’est une offensive mondiale, c’est une offensive générale et le bitcoin n’y survivra pas sous sa forme de monnaie électronique libre.

Le bitcoin est une bonne chose… mais une chose fragile !

Le bitcoin est une excellente idée à la base, bien que nous n’ayons aucune idée sur les créateurs de cette première monnaie 100 % virtuelle. C’est une excellente idée car c’est une monnaie qui n’est rattachée à aucun État, à aucune dette, à aucune économie en particulier.

Vous retrouvez d’ailleurs ces attributs pour l’or. Ce qui fait la valeur d’une pièce d’or en dehors de son intérêt pour les numismates, ce n’est pas le pays qui frappe cette pièce… mais son poids en or. Si l’or est tangible, si l’or peut-être détenu physiquement, il n’en est rien du bitcoin qui se balade quelque part entre votre disque dur (souvenez-vous de l’histoire de cet anglais qui recherche désespérément son disque dur perdu dans une décharge de… disques dur !) ou encore pire… sur le « cloud »… et évidemment le cloud, c’est pour le moins nuageux !

Résultat, ce qui devait arriver est en train d’arriver et le bitcoin est en train de se faire laminer… tout en sachant qu’il ne faut pas se leurrer… certaines « autorités » ne sont pas mécontentes de cet effondrement, voire même y jouent un rôle évident.

Mais avant, revenons à cette histoire de suicide… voici ce que l’on apprend aujourd’hui et je vous assure que les déclarations des services de police semble-t-il un peu gênés aux entournures valent leur pesant de cacahuètes.

La dirigeante d’un site d’échange de bitcoins retrouvée morte à Singapour

« La dirigeante de la plateforme d’échange de bitcoins First Meta Autumn Radtke, 28 ans, a été retrouvée morte de façon « non naturelle » fin février à Singapour. La presse envisage un suicide.

Série noire pour le bitcoin. Après les fermetures des plateformes d’échange Flexcoin, qui déplore le vol de 600 000 euros, et MtGox, en faillite, c’est au tour de First Meta de se retrouver en difficulté. Pour une raison bien différente, cependant.

Sa jeune dirigeante, Autumn Radtke, a été retrouvée morte le 26 février dans une tour résidentielle de Singapour, où elle résidait. La police a indiqué dans un communiqué avoir trouvé la jeune femme « gisant sur le sol », laissant envisager l’éventualité d’un suicide. « Elle était morte et la police enquête sur cette mort non-naturelle », mais « l’enquête préliminaire montre qu’il n’y a rien de suspect », est-il précisé dans le communiqué ».

Je vous laisse apprécier le communiqué de la police nous indiquant qu’il s’agit d’une mort non-naturelle d’une jeune femme de 28 ans gisant sur le sol avec rien de suspect… (si ce n’est une mort non-naturelle)… Bref. Nous ne saurons jamais ce qui s’est vraiment passé, en revanche, un bon copain de la victime pense que ce n’est évidemment pas lié au bitcoin… Remarquez, il vaut mieux être prudent ces derniers temps. « Interrogé par Reuters, Steve Beauregard, dirigeant d’une autre plateforme, GoCoin, est l’un des derniers à lui avoir parlé. Selon lui, « ce n’est pas une mort liée au bitcoin »:
Elle avait d’autres problèmes dans sa vie. En règle générale, il y a de nombreuses petites raisons… Il semble qu’elle ait choisi une solution permanente à des problèmes ponctuels. »

Sympa le collègue… elle a choisi une solution permanente à des problèmes ponctuels… même moi qui utilise l’humour noir tendance cynique je n’aurais pas osé la sortir celle-là ! Bref…

« On apprend également que « First Meta est une plateforme d’échange de bitcoins. D’abord plateforme de commerce en ligne pour la monnaie utilisée dans le jeu Second Life, elle permettait depuis un an d’échanger la monnaie virtuelle contre des dollars. Une fonctionnalité non disponible actuellement, selon l’agence Reuters… » Ha tiens ! Sa société allait proposer un moyen massif… de conversion du bitcoin. Mais la pauvre était tellement triste qu’elle a préféré se suicider. Remarquez c’est parfaitement plausible, hélas. La détresse humaine est une souffrance bien trop courante. Mais cette conjonction de suicides est particulièrement troublante.

Il y a aussi l’histoire de MtGox, l’une des plus anciennes et importantes Bourses d’échange de bitcoin, qui a cessé ses transactions depuis le 7 février, plongeant ses clients dans l’inquiétude et cette monnaie virtuelle dans la plus grave crise de sa jeune histoire….

Mais tout cela finit fort par ressembler à une attaque coordonnée contre la première monnaie virtuelle dont le succès menaçait de devenir exponentiel, ce qui aurait posé quelques problèmes à nos grands banquiers. Qui détient la création monétaire détient le véritable pouvoir, et il faut être d’une grande naïveté pour croire que nos grands argentiers vont se laisser dépouiller de ce pouvoir-là et ils sont prêts et ont toujours été prêts à tout pour le conserver. Guerres, putsch, coups d’États, assassinats et autres grandes joyeusetés.

Une offensive coordonnée et en plusieurs étapes

La stratégie faire monter le bitcoin au plus haut pour qu’il connaisse un effondrement retentissant gravé dans l’inconscient collectif sans que les États n’aient eu à l’interdire, c’est le plus haut degré de sophistication de manipulation pour maintenir la confiance dans les monnaies d’État mais surtout (car en réalité le degré de confiance n’est pas aussi important que ce l’on veut bien penser) le pouvoir de la création monétaire.

Petite digression. Ce qui est important, comme je le disais, ce n’est pas tant la confiance dans la monnaie que vous utilisez que l’obligation que vous avez d’utiliser cette monnaie. En clair, je pense qu’une monnaie peut être une monnaie de singe mais que paradoxalement si vous êtes obligé de vous en servir cela justement lui conférera une valeur autre que sa valeur intrinsèque. Pour que ce schéma fonctionne, vous ne devez avoir à votre disposition aucun échappatoire, aucune alternative monétaire, pas même des dollars au marché noir lorsque vous étiez un résident de l’ancienne URSS. Vous pouvez compter justement sur les progrès de la technologie et sur la dématérialisation aussi bien des monnaies que des moyens de paiements pour arriver à ce stade. Nous n’en sommes plus très loin. Subsistent encore quelques obstacles comme certaines devises alternatives (le yuan par exemple) et bien entendu l’or dont les peuples doivent être privés… mais sans avoir à l’interdire car cela serait un aveux monétaire. Mieux vaut vous décourager d’en posséder et vous en déposséder progressivement. C’est le rôle des grands médias que de faire passer et véhiculer une image très négative de l’or et des officines de rachat d’or que de vous en défaire à vil prix.

Bref, revenons à notre bitcoin qui se traduit littéralement par la « monnaie-octet ».

Ben Bernanke, il y a quelques mois, a permis l’envolée des cours du bitcoin uniquement par une petite déclaration savamment préparée évidemment et dont le résultat était une évidence. Il avait dit en substance que la « FED n’avait rien contre la monnaie virtuelle, qu’elle regardait cela avec beaucoup d’intérêt et qu’elle pensait que c’était l’avenir » ! Avec de tels propos, tous les crétins se sont imaginés que Ben Bernanke, gouverneur de la FED et représentant des plus grands banquiers internationaux mondiaux (je rappelle que la FED est une entreprise de droit privé appartenant à ses actionnaires… les grandes banques de Wall Street) venait de décerner au bitcoin une « licence to kill » les autres monnaies y compris le dollar.

Résultat donc parfaitement prévisible et logique, les spéculateurs se sont rués sur la monnaie-octet jusqu’à ce que son cours dépasse pour du vent, pour du rien, pour quelques chose de totalement inexistant et ne reposant sur rien si ce n’est sur un algorithme mathématique plus ou moins mystérieux et susceptible comme tout programme informatique de bug ou de problème, celui de l’or physique. Un bitcoin au plus haut valait plus qu’une once d’or au même moment. Avec mon camarade Philippe Béchade, nous en rigolions franchement. Pour ceux qui le souhaitent, mon camarade Philippe, lors de la journée des membres Aucoffre, nous avait fait une sublime intervention sur justement cette monnaie virtuelle. Évidemment, Philippe et moi étions deux imbéciles qui n’avaient rien compris, nous n’étions pas môôdernes, nous n’étions pas « geek » nous étions de vieux tromblons… car cette fois-ci évidemment, avec le bitcoin c’était différent !! Bref, nous nous sommes bien marrés avec cette histoire de monnaie virtuelle autorisée par la FED.

Donc acte 1 Ben le barbu fait exploser à la hausse le bitcoin. Acte 2, tout le monde en veut car cette « fois-ci c’est différent ». À chaque fois que vous entendez cette phrase fuyez. C’est que vous êtes à la fin d’une bulle spéculative. Acte 3 nous y sommes. Les problèmes surgissent de toute part sur cette monnaie virtuelle.
Pas une semaine ne se passe sans que des fraudes soient dévoilées, des dirigeants suicidés, des bitcoin-coins volatilisés, volés, pillés et pas sécurisés.
Pas une semaine sans des arrestations, des accusations, des interventions du FBI et des interpellations pour blanchiment…
Pas une semaine sans que le cours du bitcoin-coin ne baisse un peu plus que la semaine précédente.

Ce n’est pas l’explosion d’une bulle mais l’éradication du bitcoin qui est en cours.

Je sais que je vais faire hurler mes lecteurs amateurs de technologie. Ne le prenez pas mal. Je comprends sincèrement que vous soyez séduit par cette nouveauté et c’est intellectuellement totalement passionnant ! C’est une superbe expérience monétaire et je suis pleinement favorable vous l’imaginez à une monnaie libre et ouverte ! Je dirais même que ce serait certainement une sublime solution pour résoudre une grande partie des problèmes de l’humanité.
Hélas, notre monde n’est pas dirigé, et je le déplore chaque jour, par des idéalistes animés par le sens de la justice et de l’amour des autres mais par des cyniques dont le seul objectif est d’entasser un maximum de richesses…

Ceux qui détiennent le pouvoir, le véritable pouvoir, celui de battre monnaie, d’augmenter la quantité de monnaie ou de la réduire ce qui veut dire de créer une crise ou de créer une expansion économique, ces vrais dirigeants-là ne peuvent en aucun cas tolérer qu’une alternative libre puisse prendre son envol et venir réduire puis détruire leur pouvoir.

Le bitcoin sera donc éradiqué, mais il ne sera pas interdit car l’illusion de la démocratie doit être maintenue. Le bitcoin sera éradiqué par une succession de scandales, de fraudes et la destruction de ce qui restera de plateforme de négoce via la corruption de collaborateurs, de forfaitures, de trahisons, mâtiné de quelques morts « non-naturelles aux origines inconnues », et pour celles et ceux qui résistent encore et toujours y compris à l’accident ménager malencontreux à base de cloueuse, il restera l’attaque informatique.

En réalité, et je pense que vous l’avez compris, l’éradication du bitcoin a déjà commencé, elle a été planifiée, préparée de longue date, répond à un mobile évident qui est de protéger ceux qui ont le pouvoir actuel de battre monnaie à leur convenance.

À l’issue de cette éradication, et c’est ce qui fait l’élégance de ce plan, c’est vous-même qui ne voudrez plus du bitcoin. Vous n’aurez plus « confiance ». « On ne vous y reprendra-plus ». Et puis, et ce sera le dernier acte, une série d’articles et de reportages seront soumis à votre cerveau et véhiculeront l’idée que désormais, grâce au marché Transatlantique et à la fusion du dollar et de l’euro pour créer notre monnaie unique « l’améro », solution à tous nos problèmes et création permettant de relancer enfin la croissance et de sortir de la crise, eh bien l’améro, votre future monnaie, prendre le meilleur des anciennes monnaies à savoir la « sécurité » et le meilleur de l’expérience du bitcoin…

Évidemment, cela est juste un roman, une histoire, vous imaginez bien qu’il est impossible (comme dirait ma femme) que les esprits tordus qui nous dirigent puissent avoir ce genre d’idée et mettre ce type de plan à exécution…

Restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, Directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.

Source ici

Capture 2

Les banques grecques ont besoin de 6,4 milliards d’euros

Selon une dépêche Reuters, « la banque centrale grecque a déclaré jeudi qu’un test de résistance pratiqué sur les grandes banques grecques avait montré qu’il leur fallait 6,4 milliards d’euros de fonds propres supplémentaires pour surmonter d’éventuelles pertes à l’avenir. Le test a été effectué en décembre par le fonds d’investissement BlackRock pour déterminer si la… read more.

Capture 3

L’UE met en garde contre un déséquilibre économique dans ses États membres

BRUXELLES, 5 – L’Union européenne (UE) a averti mercredi des déséquilibres économiques dans nombreux de ses États membres, comme la Belgique, l’Allemagne, la France et l’Italie, surtout la Croatie, l’Italie et la Slovénie, dans lesquelles ces déséquilibres sont jugés excessifs. La Commission européenne a publié mercredi les conclusions qui se dégagent de ses bilans approfondis portant… read more.

Capture 4

Les États-Unis pourraient percevoir des droits sur le glutamate monosodique de Chine

WASHINGTON, 6 mars – Le Département américain du Commerce a fait part mercredi de sa décision provisoire positive dans le cadre de l’enquête relative aux droits compensateurs sur les importations de glutamate monosodique de Chine, signalant qu’il pourrait percevoir des droits compensateurs punitifs sur ce produit. Le Département a mentionné que les producteurs et exportateurs chinois… read more.

Capture 5

Forte révision (du mensonge) en baisse de la productivité US au 4e trimestre

D’après une dépêche Reuters, « le gouvernement américain a fortement revu en baisse jeudi le chiffre de la productivité non-agricole aux États-Unis pour le quatrième trimestre, ce qui reflète le ralentissement de la croissance économique à la fin de l’an dernier. Le département du Travail a ramené à 1,8 % – au lieu de 3,2 % annoncés… read more.

Capture 7

La Chine approuve davantage de projets d’énergie nucléaire

BEIJING, 6 mars – La Chine a approuvé au moins six installations d’énergie nucléaire depuis qu’elle a instauré fin 2012 un examen obligatoire pour les nouveaux projets, a-t-on appris jeudi d’un article du Shanghai Securities News. Bien qu’aucun de ces projets n’ait publiquement annoncé de date de début des travaux, la construction de certains d’entre eux… read more.

Capture 9

France : légère baisse du taux de chômage au 4e trimestre 2013 (Insee)

PARIS, 6 mars – Le taux de chômage en France a connu une légère baisse au quatrième trimestre 2013 pour s’établir à 10,2 % de la population active (y compris les départements d’outre-mer), selon les chiffres publiés jeudi par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). En France métropolitaine (sans compter les départements… read more.